SOCIETE FRANCAISE D’ENERGIE NUCLEAIRE – GROUPE Bourgogne-Franche-Comté

 

Voeux du Président de la SFEN Bourgogne-Franche Comté

Publié le 18/09/2014

L’année 2022 nous a tous rappelé de dures réalités : le retour de la guerre en Europe avec ses conséquences dramatiques pour les populations civiles ukrainiennes, notre forte dépendance aux énergies fossiles et au gaz russe, l’effet visible du réchauffement climatique avec des records de température faisant de l’année 2022 la plus chaude en France depuis le début des relevés sous leur forme actuelle en 1900, le tout pesant fortement sur les récoltes agricoles et le prix de l’énergie.

Concernant l’énergie électrique, elle a aussi été marquée par une faible disponibilité du parc électronucléaire due au décalage de travaux de maintenance ensuite à l’épidémie de COVID 19, et à la découverte de fissures dans des tuyauteries de réacteurs entraînant des mises à l’arrêt. Cette faible disponibilité a conduit le gouvernement à demander des efforts de sobriété énergétique à l’ensemble des consommateurs qui ont été suivis d’effets, permettant ainsi de passer sans coupure le début de l’hiver. De plus notre bilan carbone a été fortement obéré par ces indisponibilités qui ont dû être compensées par des importations d’électricité, notamment d’Allemagne, prouvant aussi que sans nucléaire, nos objectifs climatiques ne pouvaient être respectés.

2022 a aussi été l’année du lancement de consultations publiques sur la stratégie énergétique du pays pour atteindre la neutralité carbone en 2050, sur la construction de deux EPR2 sur le site de Penly, du retour en grâce du nucléaire marqué par la volonté de certains pays comme les Pays-Bas, la Suède ou le Japon de relancer un programme nucléaire. En France, dans le cadre du plan de relance 2030, de nouveaux acteurs sont apparus pour présenter des projets ambitieux d’utilisation de l’énergie nucléaire démontrant ainsi l’attractivité de cette énergie pour répondre aux défis énergétiques et climatiques.

Durant cette année 2022, la Sfen a été fortement sollicitée que ce soit sur l’indisponibilité des centrales, le renouvellement du parc, ou la sécurité des centrales nucléaires ukrainiennes. Elle a produit des cahiers d’acteur pour les différentes consultations publiques et son site a atteint le niveau remarquable d’un million de visiteurs. Au niveau régional, nous avons pu reprendre l’organisation de conférences et de visites pour continuer à faire connaître l’énergie nucléaire et tisser des liens avec d’autres groupes régionaux pour partager nos outils de communication.

Toutefois, nous avons dû constater, comme l’ensemble de la Sfen, une baisse des adhésions.

C’est ainsi que 2023 se doit d’être l’année d’une amélioration de l’attractivité de la Sfen : les réflexions en cours auxquelles nous participons vont dans ce sens. Espérons qu’elles auront un impact en particulier sur l’adhésion de jeunes adhérents et de salariés des entreprises du nucléaire. C’est ainsi que la Sfen continuera son travail de haute qualité scientifique nécessaire aux débats sur notre futur énergétique.

Pour notre groupe régional, ce sera aussi l’année de la poursuite, voire d’amplification de nos actions vers les étudiants, en particulier avec notre implication dans les Journées Nationales de l’Ingénieur avec un évènement le 9 mars à Chalon-sur-Saône. Pour ce faire, nous nous appuierons bien entendu sur nos associations partenaires comme l’Université pour Tous de Bourgogne, Sauvons le Climat, l’Association des Retraités du CEA Valduc, Patrimoine Nucléaire et Climat, ou le Groupe Argumentaire sur les Energies Nucléaire et Alternatives (GAENA).

Je souhaite ainsi à tous nos adhérents et sympathisants une bonne année 2023. Qu’elle leur apporte santé, prospérité et réussite dans leurs projets professionnels, associatifs ou familiaux.

 

Régis BAUDRILLART

Sfen

Président du groupe régional Bourgogne-Franche-Comté